En attendant Kyoto

Cette installation sonore rend hommage au protocole de Kyoto, accord international signé en 1997, visant à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Vingt ans plus tard, en débit de nombreux palabres et de certaines mesures prises, le processus de réchauffement la planète ne semble guère s’être infléchi. La glace des pôles continue à fondre inexorablement…

Attendrons-nous passivement notre immersion totale? Certains chantent sous la douche, d’autres sous la pluie. Un orchestre jouait de la musique sur le Titanic entrain de couler…

Ah qu’elle est terrible la petite musique des gouttes et des billes de verre qui fait résonner (les objets de) notre quotidien. Puisse-t-elle nous donner conscience physique et force de réagir!

Principe physique

Des billes en verre et/ou des balles magiques sont emprisonnées dans des glaçons d’eau. Ceux-ci  sont suspendus au-dessus d’objets sonores acoustiques. Les glaçons fondent petit à petit, libérant des gouttes d’eaux (plic), parfois des billes individuelles (ploc) ou en groupe (badadam). Les évènements sonores sont aléatoires, tantôt rares et tantôt denses.  Le public est invité à se promener autour de cette forêt de sons

Un douzaine de poubelles en plastique noir abritent les objets sonores  et permettent de récupérer efficacement les billes et l’eau. Elles sont surmontées d’une structure formée de 2 bambous en forme de chapiteau, destinées à accrocher les glaçons en hauteur. Les objets sonores sont assortis et accordés entre eux (tambour, cymbale, xylophone, lithophone, métallophone, ressort de suspension, cascade de coupoles métalliques, calebasses flottantes, plateaux de cuisine, gourdes métalliques et bouteilles de Bordeaux).

Le musicien gère le dispositif en temps réel, replace de nouveaux glaçons quand les précédents sont totalement fondus. De temps à autres, à heure fixe ou en fonction des évènements sonores, il intervient sur des instruments de son invention (guitare charbonnière, saxosoir ténor, ou chaise musicale) en utilisant son de l’installation comme  accompagnement musical. A moins que ce ne soit le contraire….

Les 12 modules sont placés en cercle, le musicien évolue à l’intérieur de celui-ci tandis que le public circule à l’extérieur….Complice du processus, le public est convié à capturer les éventuelles billes fugitives et au besoin,  démouler les glaçons en les tenant en main….

Et à vivre cette expérience particulière et passionnante qu’est l’attente…

La presse